Revue de presse Septembre-Octobre

«Le président de la République veut faire du handicap l’une des priorités de son quinquennat. Le point sur les réformes envisagées» (Dossier Familial – Mai 2017) :

Améliorer la vie au quotidien

Pour lutter contre la pauvreté des personnes handicapées, l’ex-candidat d’En Marche ! a promis d’augmenter l’Allocation aux adultes handicapées (AAH), pour la porter « au-delà de 900 € par mois » pour une personne seule, contre 810,89€ à ce jour.

 

Autre priorité : l’accès au logement social ou inclusif. « Les bailleurs sociaux devront identifier les logements adaptés pour les personnes handicapées de leur parc (logements en rez-de-chaussée accessibles sans marche depuis le trottoir par exemple) et rendre cette liste transparente », a expliqué Emmanuel Macron dans son programme. Si le logement social d’une personne handicapée n’est plus adapté, le bailleur devra soit « proposer des solutions de relogement », soit effectuer des travaux (changer une baignoire en douche, adapter le mobilier de la cuisine). Par ailleurs, l’accès aux transports et espaces publics sera facilité.

Améliorer l’accès au marché du travail

Aujourd’hui, près de 500 000 personnes handicapées sont inscrites à Pôle emploi. Pour faciliter l’accès à l’emploi, Emmanuel Macron compte notamment développer les initiatives de tutorat dans l’entreprise et maintenir le dispositif d’emploi accompagné mis en place par la loi Travail.

Enfin, la formation sera favorisée. « Une labellisation spécifique pour les formations » destinées aux personnes handicapées sera mise en place et un « abondement public pour le compte personnel d’activité (CPA) » est prévu. Cela signifie que l’Etat pourrait créditer leur CPA d’heures supplémentaires de formation.

Faciliter la scolarisation des enfants handicapés

Le chef de l’Etat veut continuer à « encourager la scolarisation en milieu ordinaire » et ouvrir plus de postes d’auxiliaires de vie scolaire dans les écoles pour aider les enfants handicapés qui en ont besoin. Il compte revaloriser la rémunération de cette profession.

Il souhaite favoriser le recours au numérique pour faciliter les études, et assurer un meilleur accès aux activités de loisirs périscolaires.

Il s’engage enfin, à créer les structures nécessaires pour qu’aucun enfant ne soit plus obligé de s’exiler à l’étranger, faute de places en France.

 

Soutenir les aidants

Au moment de la découverte du handicap d’un proche, un « chèque bilan santé/social » sera proposé aux aidants, ainsi qu’un accompagnement psychologique.

Autre promesse : permettre le don de RTT entre collègues pour les personnes aidantes dans les entreprises et prendre en compte leur situation dans le calcul de l’âge de départ à la retraite.

 

Meilleur accès aux soins

Parmi les propositions, le chef de l’Etat parle de poursuivre les actions facilitant l’accès des cabinets médicaux aux personnes handicapées ainsi que « la formation des médecins aux spécificités de l’examen » de ces patients.

Dans les établissements et services médico-sociaux, des évaluations systématiques de satisfaction seront menées.

 

Changer le regard sur le handicap

Afin de mieux faire connaître le handicap, des opérations systématiques de sensibilisation au handicap seront organisées dans les écoles primaires et les collèges. La tenue d’actions collectives (séminaires, collectes) dans les administrations, grandes entreprises publiques, collectivités seront également encouragées.

 

«Une professeure handicapée émeut Facebook avec sa lettre ouverte à Macron» :

Dans une vidéo intitulée "Et quand ça ne marche pas ?", Sarah Salmona, myopathe sous assistance respiratoire, interpelle le président :

"Monsieur Macron, vous dites vouloir faire du handicap une priorité de votre quinquennat et je m’en réjouis […]. Mais il y a une mesure dont vous n’avez pas parlée et qui me parait fondamentale, c’est celle de garantir à des citoyens comme moi, en situation de handicap, suffisamment d’aide humaine pour leur permettre de vivre une vie digne et autonome".

Pour la découvrir : http://www.sudouest.fr/2017/06/25/video-une-professeure-handicapee-emeut-facebook-avec-sa-lettre-ouverte-a-macron-3562216-5166.php

 

« Auvergne-Rhône-Alpes s’engage encore + pour le handicap » :

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a lancé la déclinaison de sa démarche H+ pour valoriser son action en faveur des personnes handicapées.

Dès son arrivée à la tête de la collectivité, le président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent WAUQUIEZ, aux côtés de Sandrine Chaix, conseillère déléguée au Handicap, a souhaité que la Région en fasse encore plus pour le handicap.

Avec un objectif majeur : assurer la prise en compte du handicap dans l’ensemble des politiques régionales. En valorisant les bonnes initiatives en faveur des personnes handicapées dans les domaines dont il a la charge, l’exécutif régional souhaite notamment favoriser l’inclusion dans les domaines de la Formation, des Transports, des Lycées, de la Culture, du Sport, etc…

Actuellement, la démarche H+ favorise l’accueil des apprenants handicapés dans les organismes de formation. Cette démarche sera développée dès cette année sur plusieurs thématiques.

Pour en savoir plus : https://www.handirect.fr/auvergne-rhone-alpes-sengage-handicap/

 

« 3.500 élèves toujours sans AVS » :

Plus de 3000 élèves handicapés n'avaient pas d'accompagnant pour les aider à l'école le jour de la rentrée, soit 2% des 164.000 enfants ayant besoin d'un soutien, selon l'Education nationale aujourd'hui.

"Dans 98% des cas, les demandes d'accompagnement d'élèves en situation de handicap ont été pourvues dans les premiers jours de la rentrée", a déclaré à l'AFP le ministère de l'Education nationale, sans préciser l'évolution de cette proportion à la mi-septembre. Les chiffres définitifs, "consolidés au niveau national, sont attendus dans les prochaines semaines", a-t-on indiqué de même source.

Pour cette rentrée 2017, sur plus de 300.000 élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire, quelque 164.000 avaient besoin d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) ou d'un accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH), selon un communiqué du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer publié fin août. Ainsi, 160.720 enfants (98%) avaient donc vu leur demande honorée et 3.280 étaient encore en attente.

 

« Comité interministériel du handicap : la revalorisation de l’AAH sera engagée dès 2018 » :

Le Premier ministre a réuni, le 20 septembre, le premier comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat avec pour thème "Vivre avec un handicap au quotidien". La création de ce comité répond à la volonté du Président de la République de faire de la politique du handicap une priorité. Le Gouvernement lance à cette occasion un travail approfondi qui débouchera sur des plans d’action ministériels d’ici le début de l’année 2018.